Les choix techniques pour la photographie des manuscrits

L’interdiction que l’équipe de l’EFEO-FEMC s’était faite à elle-même de jamais déplacer aucun manuscrit du lieu où il était conservé, et la répugnance qu’auraient eu certainement les détenteurs des documents de les confier à qui que ce soit, d’une part ; la volonté, par ailleurs, de réaliser le traitement des films au Cambodge, exigeaient que l’on fît des choix techniques précis et que les personnels cambodgiens fussent formés de manière rigoureuse pour travailler sur le terrain des monastères. Il fallait donc se munir d’un matériel suffisamment léger pour photographier les textes manuscrits sur des ôles de latanier sans qu’il fût besoin de les emprunter.

Pour ce faire, nous avons choisi de procéder à la photographie simple des manuscrits en utilisant un appareil classique (Nikon F3), muni d’un « dos » spécial pour 250 poses, et un éclairage au flash. Les films sélectionnés étaient la pellicule noir et blanc Technical-Pan de Kodak pour la photographie des documents, la pellicule noir et blanc Kodalite pour la duplication.

Le développement de tous les films a été effectué dans le laboratoire photographique de l’EFEO-FEMC installé d’abord au Palais royal, et depuis 1999 au Vatt U◊◊alom.