Le projet de l’EFEO-FEMC conduit depuis 1990

Il semble heureusement que, pour massifs qu’ils aient pu être, les ravages dans les bibliothèques du Cambodge aient été aveugles, c’est-à-dire qu’aucun type de texte n'a été spécifi¬quement détruit pour ce qu’il était. Comme par ailleurs, malgré leur dissémination, les fragments subsistants de certains textes peuvent se compléter les uns les autres, la possibilité demeure en théorie de reconstituer une image plausible de ce qui avait constitué la littérature monastique traditionnelle du Cambodge dans l’état immédiatement antérieur aux destructions de ces dernières années, à condition d’embrasser dans un seul tableau les vestiges d’autant de bibliothèques que cela est matériellement possible. C’est la tâche sans véritable fin que l'équipe de l'EFEO-FEMC a entreprise sur le terrain en procédant à la visite systématique de tous les monastères du Cambodge.

Le programme, mis en œuvre par l'équipe de l'EFEO-FEMC en 1990, visant à constituer l’inventaire et la collection photographique systématiques des manuscrits du Cambodge, a été décidé par le Pr. Léon Vandermeersch, Directeur de l'École française d'Extrême-Orient de 1989 à 1993, et par le Pr. François Bizot, Membre de l’EFEO, Directeur d’Étude à l’École pratique des Hautes études (EPHE) et responsable du « fonds pour l’Édition des manuscrits » au sein de l’École.

Après plusieurs mission préparatoires, F. Bizot obtint des autorités khmères en place en 1990 que le FEMC fût installé dans l’un des deux petits pavillons qui marquent l’entrée principale de la Pagode d’Argent à l’est, dans l’enceinte du « Musée de l’ex-Palais royal ».

Lors du retour du roi Norodom Sihanouk au Cambodge, le 14 novembre 1991, L’EFEO-FEMC reçut l’invitation bienveillante de Sa Majesté, qui avait dès 1989 encouragé activement sa mission au Cambodge, à demeurer au Palais royal.

Le travail de l’EFEO-FEMC est, depuis son origine, financé par le ministère français de l’Éducation Supérieure et de la Recherche, certaines tâches ponctuelles recevant des budgets du ministère des Affaires étrangères. Au Cambodge, son action s’est déroulée en coordination constante avec le ministère des Cultes, et avec le soutien confiant et amical du ministère de la Culture et des Beaux-Arts qui a mis, dès 1991, plusieurs personnels en détachement à la disposition du FEMC.

Depuis 1992, le FEMC a organisé et gère la Bibliothèque EFEO-Preah vanarat Kèn Vong, du nom du très regretté vénérable Supérieur du Vatt Saravan qui, en 1979, avec courage et abnégation, avait entrepris de sauver et de rassembler ce qui pouvait rester des anciennes collections de manuscrits de Phnom Penh. Ce fonds est de loin le plus important de tout le Cambodge (3.400 liasses manuscrites contre seulement 800 à la Bibliothèque Nationale).

Le programme de conservation des manuscrits et d’étude des textes conduit par l’EFEO au Cambodge a été, depuis son origine, hébergé gracieusement par les autorités khmères, d’abord dans l’enceinte prestigieuse du Palais royal de 1990 à 1998, et depuis 1999 il est l’hôte de Sa Sainteté le Suprême Patriarche Samdech Thep Vong dans l’enceinte non moins prestigieuse du Vatt U◊◊alom.

Depuis 1993, le FEMC est placé sous le très haut patronage royal.