Essai de classification méthodique des textes mise en oeuvre par l’EFEO-FEMC

Il importe de dsouligner que la connaissance de la littérature traditionnelle du Cambodge ne peut pas être reconstituée à partir des collections de manuscrits recueillies dans les bibliothèques européennes. Le contenu de ces dernières, fortement marqué par les préoccupations des savants du XIXe siècle intéressés principalement par l’histoire politique du royaume khmer qui se retrouvait placé dans la sphère d'influence française, n'est pas représentatif de celui des bibliothèques villageoises. Les textes religieux qui constituent l'écrasante majorité des manuscrits du Cambodge ne comptent, par exemple, que pour l'une des huit parties des manuscrits de la Bibliothèque Nationale de Paris : plus des deux tiers des ouvrages inventoriés in situ par l’équipe de l’EFEO-FEMC sont inconnus dans les bibliothèques européennes, tandis qu'inversement les deux tiers des ouvrages signalés dans le Catalogue du fonds khmer de la Bibliothèque Nationale de Paris de Au Chieng (1953) ne se retrouvent jamais dans les bibliothèques monastiques du Cambodge. Les méthodes de classement utilisées dans les bibliothèques occidentale ne peuvent, en conséquence, pas servir de modèle pour le classement des manuscrits des bibliothèques monastiques du Cambodge.

Les quelques chercheurs cambodgiens, enfin, qui travaillent sur les collections de manuscrits khmers déposées dans les bibliothèques européennes, notamment Au Chieng à la Bibliothèque Nationale de Paris, ont utilisé, pour classer les textes religieux vernaculaires du Cambodge, une taxonomie décalquée sur celle la celle qui est utilisée pour la classification de la littérature pæli, distinguant les textes «canoniques», des textes «post-canoniques» ou «extra-canoniques». Les critères utilisés pour ce type de classification, pour autant qu'ils puissent être recevables s’agissant de la littérature en langue khmère, sont en tout état de cause impraticables pour la conduite d’un travail de terrain avec une équipe formée exclusivement de collaborateurs cambodgiens pour lesquels ils sont sans pertinence.

Faute, donc, de pouvoir s'appuyer sur une méthode déjà formée, et faute de disposer au Cambodge d’inventaires ou de descriptions des ouvrages qui eussent contenu les éléments d’une tradition locale pour la classification des textes, l'équipe de l'EFEO-FEMC a du établir elle-même une typologie pour opérer cette classification avant d’entreprendre la tâche de sauvetage et de conservation des manuscrits du Cambodge qui lui était assignée. Au terme de débats, parfois étrangement passionnés, les collaborateurs cambodgiens de l'EFEO-FEMC et quelques lettrés khmers qui voulurent bien participer à ce travail, ont établi une taxonomie pour la littérature religieuse du Cambodge dont, malgré ses faiblesses et malgré quelques déséquilibres, vingt ans d'expérience ont validé le caractère opératoire. Cette classification ne prétend évidemment pas être rigoureuse, au sens où elle révélerait la structure interne de la littérature khmère ; elle se veut pratique dans les conditions de son application, c’est-à-dire sur le terrain, et facile à interpréter par ses utilisateurs cambodgiens.

Cette classification compte 24 genres répartis en 8 groupes, y compris les deux faux-genres que constituent la catégorie des ouvrage inclassables réunis sous la rubrique «divers» et, d’autre part, l’ensemble des textes en «langue pæli», dont aucun n’est originaire du Cambodge, pour le classement particulier desquels il est généralement d’usage de se reporter aux nomenclatures établies par la Pali Text Society d’Oxford.

Chaque manuscrit du Cambodge a ainsi reçu un numéro d'inventaire alphanumérique qui permet de situer géographiquement le monastère où il est conservé et d'en connaître la nature. Par exemple, le ms. 056.A.02.02.02.II.02 serait le manuscrit n°56, de la pagode A. 02.02.02., c'est-à-dire de la deuxième pagode (Vatt Chom Pa), du deuxième district (khum Kbal Ko), du deuxième arrondissement (srok Khien Svay) de la province de Kandal. Il s’agit d’un manuscrit qui entre dans la catégorie II, celle des sæstræ lpèß (littérature d'agrément) dans le genre 02, des lpök apraµ (genre didactique).

La classification des textes khmers établie et utilisée par l’équipe de l'EFEO-FEMC comporte les genres suivants :

I. Textes didactiques សាត្រា​ឧបទេស (sæstræ Upades)

I. 1 codes de conduite ច្បាប់​ទូន្មាន (cpæp' dºnmæn)

I. 2 proverbes ច្បាប់​សុភាសិត (cpæp' subhæsit)

I. 3 contes religieux ល្បើក​ព្រះធម៌ (lpök braÌ dha®m)

II. Textes d'agrément សាត្រា​ល្បែង (sæstræ lpèß)

II. 1 romans classiques ប្រលោម​លោក​បុរាណ (pralom lok puræ◊)

II. 2 contes moraux ល្បើក​អប់រំ (lpök ap'raµ)

III. Textes de prédication សាត្រា​ទេសន៍ (sæstræ desan)

III. 1 textes de doctrine ព្រះ​សទ្ធម្ម (sºddhamm)

III. 2 enseignement du Buddha ព្រះ​សូត្រ (sutta)

III. 3 discipline monastique ព្រះ​វិន័យ (vinaya)

III. 4 doctrine approfondie ព្រះ​អភិធម (abhidhamma)

III. 5 vies antérieures du Buddha ជា​តក (jætaka)

III. 6 avantages អានិសង្ស (ænisaßsa)

IV. Textes historiques ប្រវត្តិ (pravatti)

IV. 1 biographies រឿង​លក្ខណៈ​បុរាណ (j‚v pravatti)

IV. 2 chroniques ប្រវត្តិសាស្រ្ត (pravattisæstr)

V. Textes traditionnels គម្ពីរ​បុរាណ (kæmb‚ puræ◊)

V. 1 récits traditionnels រឿង​លក្ខណៈ​បុរាណ (r‚öß lakkha◊a: puræ◊)

V. 2 codes [juridiques] anciens ច្បាប់​បុរាណ (cpæp' puræ◊)

V. 3 textes de méditation កម្មដ្ឋាន (kamma††hæn)

VI. Manuels traditionnels ក្បួន​បុរាណ (kpuon puræ◊)

VI.1 manuels d’astrologie et livres de prédiction ហោរា (horæ)

VI. 2 manuels pour la préparation des médecines ថ្នាំ (thnæµ)

VI. 3 manuels pour les tatouages de protection យ័ន្ត (ya⁄nt)

VI. 4 manuels de formules magiques មន្ត​វិជ្ជា (mant vijjæ)

VI. 5 manuels pour la construction des maisons សង់​ផ្ទះ (saß' phdaÌ)

VI. 6 manuels pour l’organisation des rituels ក្បួន​ធ្វើ​បុណ្យ (kpuon dhvö pu◊y)

VII. Textes en pæli

VIII. Divers